Accueil » INF Nantes » Interview – Andy Kerbrat sur le rejet de la loi immigration : “Ce n’est pas une victoire, c’est une défaite de Darmanin”

Interview – Andy Kerbrat sur le rejet de la loi immigration : “Ce n’est pas une victoire, c’est une défaite de Darmanin”

Soutenez notre travail bénévole en partageant l'article
Andy Kerbrat, le député de La France Insoumise de Loire-Atlantique, a accepté de répondre aux questions d’INF Nantes après l’adoption de la motion de rejet du projet de loi immigration. Crise politique, défaite de Darmanin, vote avec le RN… Toutes les explications et réponses du député LFI.
Andy Kerbrat, député la France Insoumise de Loire-Atlantique | Capture d’écran youtube

Ce lundi 11 décembre, l’Assemblée nationale a rejeté une première fois le projet de loi sur l’immigration. Une victoire temporaire pour l’opposition, puisque Gérald Darmanin, à l’initiative du texte, a annoncé ne pas retirer le projet de loi. Le ministre a d’ailleurs présenté sa démission au chef de l’État, qui l’a refusée. Est-ce le début d’une nouvelle crise politique ? Vote avec le Rassemblement National ? Andy Kerbrat, député de la 2ème circonscription de Loire-Atlantique, a accepté de répondre à nos questions sur le sujet.

Quel est votre réaction après l'adoption de la motion de rejet sur le projet de loi immigration, qui est une première depuis plusieurs années ?

“Honnêtement, on ne s’y attendait pas forcément, on ne pensait pas que LR allait voter en faveur de la motion. Elle permet d’éviter 15 jours de débat, autant pour les autres partis que pour nous. Je pense que pour eux comme pour nous, la claque politique à Darmanin était plus importante, surtout après son comportement ces derniers jours, que ce soit l’interview sur Brut ou l’envoi de courrier à tous les parlementaires de droite comme de gauche pour les motiver à voter le projet de loi.

Darmanin a présenté sa démission au président de la République, celui-ci l’a refusée et il a annoncé que le projet de loi ne serait pas abandonné. Maintenant, notre rôle à gauche, c’est d’être très vigilant sur ce qui se passe maintenant parce que derrière, c’est sûrement une alliance pour le pire avec les LR qui se prépare. Il ne faut pas être dupe à gauche, c’est une défaite de Darmanin et on apprécie le voir se prendre une défaite, mais ce n’est vraiment pas une victoire car ce texte peut revenir en deux fois pire pour être voté par les Républicains avec la majorité.”

Gérald Darmanin a présenté sa démission, le chef de l'état l'as refusé. Est-ce que pour vous, c'est une nouvelle ère politique qui s'ouvre pour les 3 prochaines années ?

“C’est clairement une crise politique qui s’ouvre dans le pays, ne pas la voir serait se mentir. D’ailleurs, le président de la République a refusé la démission de Gérald Darmanin, ce qui est un énorme problème politiquement. C’est un ministre qui n’a plus la légitimité après ce vote du parlement, et ne devrait plus exercer ces fonctions. Il avait fait de cette loi son totem et elle n’est pas passée. Il aurait pu faire un autre choix, il aurait aussi pu démissionner sans le demander au président de la République. Le fait que Emmanuel Macron refuse sa démission, cela le relégitimise en vue de présenter un projet de loi sur l’immigration qui sera sûrement plus violent.

Après, Darmanin n’était que le visage de ce projet de loi sur l’immigration, qui allait casser le droit des étrangers en France. Que ce soit Darmanin ou un autre, ce qui compte c’est de proposer un vrai projet sur l’immigration et de combattre celui de la droite et de l’extrême-droite. Si c’est pour être toujours dans le répressif, on a environ 600 000 travailleurs sans papiers en France, qui travaillent, qui cotisent, participent à l’attractivité. Je pense aux JO par exemple, où il est d’ailleurs temps qu’on régularise toutes ces personnes.”

Est-ce que cela vous a gêné de voter cette motion, ensemble avec la droite et l'extrême droite ?
“On a voté ensemble, en effet, cette motion de rejet. Bon, après, j’ai envie de dire, quand on regarde les votes des insoumis avec le RN, ce n’était que des votes contre. On a très rarement voté ensemble avec le Rassemblement National pour une même idée, à l’inverse du gouvernement qui n’a jamais eu de problème à utiliser les votes du RN pour faire passer des projets de loi. Nous, c’est pour nous opposer, eux, c’est pour s’allier. Cette motion de rejet a été proposée par les écologistes, je ne décide pas si le RN vote pour ou non.”
Si la motion avait été déposé par le Rassemblement National, l'auriez-vous voté ?
“Si c’était le RN qui avait fait la proposition, nous aurions agi comme pour les motions de censure, nous n’aurions tout simplement pas voté, parce que les bases du débat du RN n’auraient pas été en accord avec les valeurs de LFI.”
Qu'est ce que LFI aurait proposé si elle avait déposé son propre texte de loi sur l'immigration ?

“Nous, dans un premier temps, nous continuerons ce que nous avons fait, c’est-à-dire avoir une unité de la gauche, que nous avons réussi à obtenir sur le projet de loi immigration, avec des amendements communs. Nous demandons, nous, la régularisation de tous les travailleurs sans-papiers, pas tous les sans-papiers, mais les travailleurs, ceux qui sont dans la situation de plus grande précarité, ceux qui contribuent au pays. Nous demandons également un renforcement du droit d’asile de manière générale, car nous avons vu que ce droit d’asile était extrêmement amoché en France, mais aussi un renforcement des effectifs en préfecture pour pouvoir assurer un meilleur traitement. Il y aura toujours des reconduites à la frontière et des situations où des personnes n’auront pas vocation à rester sur le territoire français. Mais nous considérons que le devoir d’immunité est supérieur. Cela signifie que des personnes arrivées d’un territoire doivent être accompagnées. Nous ne les renverrons pas dans un pays ravagé et nous ferons en sorte de pouvoir leur donner des titres de séjour longs, permettant aux personnes de rester dans une situation stable et qu’elles puissent retourner dans leur pays si c’est en sécurité.”

Découvrez l’actualité locale et nationale sur notre site Web et en direct notre sur notre Twitter