Accueil » INF Nantes » Loire-Atlantique : La réunion de fin d’année du Rassemblement National placée sous le signe des élections européennes

Loire-Atlantique : La réunion de fin d’année du Rassemblement National placée sous le signe des élections européennes

Soutenez notre travail bénévole en partageant l'article

Ce samedi 16 décembre 2023, le Rassemblement National de Loire-Atlantique organisait sa traditionnelle réunion de fin d’année avec ses adhérents. Organisée cette année à la Chapelle-sur-Erdre, au château de la Poterie, les élections européennes étaient au cœur des échanges.

Gauthier Bouchet et Victoria De Vigneral lors de la conférence de presse du Rassemblement National de Loire-Atlantique | (T.L. - INF Nantes)
Gauthier Bouchet et Victoria De Vigneral lors de la conférence de presse du Rassemblement National de Loire-Atlantique | (T.L. - INF Nantes)

Organisée ce samedi 16 décembre, la réunion de fin d’année du Rassemblement National en Loire-Atlantique a rassemblé une centaine d’adhérents au parti politique. Le vice-président du parti, Sébastien Chenu, qui devait être présent pour le plus grand bonheur des militants présents, n’a pas pu venir à la réunion publique. Selon les organisateurs, le député du Nord a eu un impératif de dernière minute à Paris pour préparer la commission mixte paritaire à l’Assemblée Nationale sur la loi immigration, malgré le fait qu’il était le principal intervenant de la réunion. Malgré tout, Gauthier Bouchet, délégué départemental du RN, et Victoria de Vigneral, présidente des élus régionaux, ont animé une conférence de presse sur les différents enjeux et objectifs du RN.

En pleine préparation de la période électorale pour les européennes, le parti cherche à dépasser le stade des 20% dans le 44 le 9 juin prochain, explique G. Bouchet qui affirme : “On est le seul parti au niveau local à aller sur les marchés et faire du tractage”. Les deux cadres départementaux et régionaux du parti appellent également à une restructuration du système européen, tant sur le plan électoral, avec une forte abstention, que sur le plan structurel. En cause : l’incompréhension des Français sur ces élections et leur utilité, ainsi que celle des institutions européennes avec, par exemple, le système de Commissaire qui n’est pas élu, explique le délégué départemental du RN. Victoria de Vigneral et Gauthier Bouchet ont également expliqué les diverses revendications du parti, qui demande notamment une refonte de l’Union Européenne, que les États soient plus souverains et s’éloignent de la Commission Européenne qui devient une institution fédérale.

Sur la question de la liste, et du fait qu’elle n’est pas dévoilée, le RN s’explique : “On a déjà notre tête de liste qui est Jordan Bardella, on est l’un des seuls partis à l’avoir. De plus, étant donné le manque d’attention des électeurs sur le sujet des européennes, si on dévoile la liste trop tôt, les gens ne seront pas intéressés par le sujet. On est dans une stratégie de mettre en valeur l’ensemble de nos eurodéputés et candidats de la future liste, afin que les Français comprennent les enjeux des européennes.

Une centaine de militants présent pour la réunion publique à la Chapelle-sur-Erdre | (T.L. - INF Nantes)
Une centaine de militants à la réunion publique du Rassemblement National de Loire-Atlantique à la Chapelle-sur-Erdre du 16 décembre 2023 | (T.L. - INF Nantes)

Le parti nationaliste compte également sur ses partenaires européens, comme aux Pays-Bas, en Allemagne, ou encore au Portugal, où les partis souverainistes enregistrent de forts scores. Enfin, sur la question de la sortie de l’UE, le “Frexit” sur lequel le Front National était favorable à l’époque, il n’y a plus lieu d’être, expliquent Victoria de Vigneral et Gauthier Bouchet : “Comme vous l’avez dit, c’est le FN qui était sur ce sujet à l’époque. Pour le Rassemblement National, c’est une époque lointaine. Aujourd’hui, un parti doit s’adapter aux attentes de ses électeurs. On ne cherche pas à quitter l’UE mais à la réformer de l’intérieur, pour revenir à une configuration où les nations sont souveraines de leurs décisions. On est pour une coopération entre ces États nations, et non pas pour un gouvernement généralisé qui prend une tournure généraliste.”

Une centaine de nouveaux adhérents en 2023

Le parti enregistre cependant une forte progression au niveau local. Que ce soit lors des dernières élections sénatoriales en septembre, où malgré le faible score de la liste (112 voix), le parti a enregistré une forte hausse par rapport à celle de 2017, où il y avait eu 40 voix. Au niveau des adhérents, le nombre est également en hausse, avec 700 adhérents en 2023 contre un peu moins de 600 en 2022.

Découvrez l’actualité locale et nationale sur notre site Web et en direct notre sur notre Twitter