Accueil » Société » Abaya : Polémique après la présence de policiers devant un lycée d’Avignon

Abaya : Polémique après la présence de policiers devant un lycée d’Avignon

Soutenez notre travail bénévole en partageant l'article

Ce lundi 4 septembre, jour de rentrée a été marqué également par la polémique autour de de l’Abaya. La présence de policiers devant un lycée qui vérifiaient que l’interdiction de l’abaya soit respecté a fait réagir les internautes sur les réseaux sociaux avant que l’information soit démentie par la préfecture.

| Capture d'écran twitter du compte @MK_Falcone
Abaya : Polémique après la présence de policiers devant un lycée d’Avignon | Capture d'écran twitter du compte @MK_Falcone

La scène s’est passé à Avignon, dans le Vaucluse devant le collège-lycée Frédéric Mistral. Selon un internaute sur X (ex-Twitter), des policiers auraient été présents ce matin afin de s’assurer que l’interdiction de l’abaya est bien respectée. Le tweet cumule plus de 11 millions de vues et d’interactions, où beaucoup de personnes ont dénoncé ce contrôle de police, sauf que le tweet serait finalement une “fake news”.

Effectivement la préfecture dément cette information et explique que les policiers n’étaient pas là pour s’assurer que l’interdiction de l’abaya était respectée mais uniquement pour s’assurer du bon déroulement de la rentrée : “Comme chaque année, le jour de la rentrée scolaire, des forces de l’ordre sont déployées au sein de chaque établissement scolaire afin de contribuer au bon déroulement de la rentrée”. 

L’ancien élu local Amine El-Khatmi conteste également cette information et explique que les policiers n’étaient là que pour vérifier que tout se passe bien comme à chaque rentrée scolaire.

Une polémique autour de l'interdiction

Depuis plusieurs jours et l’interdiction de l’abaya et du qamis (équivalent de l’abaya pour les hommes) par Gabriel Attal, ministre de l’Éducation nationale, une vive polémique a lieu. Une partie de la gauche dénoncent l’interdiction du vêtement.

Selon BFMTV, 513 établissements étaient potentiellement concernés par cette question . Le média affirme également que le ministère “a proposé aux chefs d’établissements d’avoir des personnels formés à leurs côtés pour échanger avec les élèves concernés et leurs familles“. Près de 2000 personnes sont formées ainsi pour intervenir dans les établissements notamment sur la question de la laïcité.

Ce matin, Gabriel Attal affirmait sur Twitter que l’interdiction des abayas et qamis étaient respectés dans son ensemble et qu’aucune difficulté majeure n’a été constatée.

Découvrez l’actualité locale et nationale sur notre site Web et en direct notre sur notre Twitter